Comment quantifier la représentation des femmes dans le cinéma ? #1

Comment quantifier la représentation des femmes dans le cinéma ? #1

Y a-t-il suffisamment de personnages féminins dans le cinéma? Les rôles qu'incarnent les femmes sont-ils assez diversifiés ? Ce sont des questions que l'on peut de se poser.

Il y a quelques semaines, l’ancien producteur de cinéma Harvey Weinstein a été condamné à 23 ans de prison pour viols et agressions sexuelles. Ces agressions sont à l’origine du mouvement #MeToo qui dénonce ce que les femmes subissent, notamment dans le milieu du cinéma.

A la suite de ce mouvement, beaucoup d’actrices se sont levées pour dénoncer le manque de représentation des femmes dans les films. Nombre d’entre elles dénoncent également l’abondance de clichés et représentations négatives dans l’industrie cinématographique.
Depuis les années 90, il existe des tests qui permettent de mesurer la représentation féminine dans les films. Certains sont relativement célèbres, d’autres totalement inconnus ; certains se veulent sérieux, d’autres préfèrent l’ironie et l’humour. 

Faisons un zoom sur le test de Bechdel, le test de Mako-Mori, le Sexy Lamp test et le test de Furiosa. Cela se fera en quatre épisodes, chacun centré sur un test.

Episode n°1 - Le colosse aux pieds d'argile : Le test de Bechdel

Le test le plus connu de cette série est le test de Bechdel. Il apparaît pour la première fois en 1985 dans la BD La règle d’Alison Bechdel. Dans celle-ci, les deux protagonistes discutent de leurs critères pour aller voir un film ou non. Liz Wallace expose les siens, basés sur la représentation féminine, suffisante ou non. C’est un ainsi que naît le Test de Bechdel.

Ce test repose sur trois critères, trois questions auxquelles on répond: OUI ou NON. Pour qu’un film réussisse le test, il faut pouvoir répondre OUI aux trois questions.

  • Est-ce qu’il y a au moins deux personnages féminins nommés dans le film?
  • Est-ce que ces deux personnages parlent ensemble?
  • Leur discussion porte-elle sur autre chose que sur un homme?
Image extraite de la BD The rule où est apparu pour la première fois le test de Bechdel
Image extraite de la BD The rule où est apparu pour la première fois le test de Bechdel

Le site bechdeltest.com répertorie de très nombreux films, principalement issus du cinéma américain. Pour chacun d’entre eux, il annonce si le film réussi ou échoue au test et à quelle étape.

Sur plus de 4000 films répertoriés, un peu moins de 40% échouent au test. Si l’on prend les nommés pour l’Oscar du meilleur film 2020, quatre sur neuf ne passent pas le test (Le Mans 66, Marriage Story, The Irishman et 1917). De plus, beaucoup de films, bien plus qu’on ne le pense, ne passent pas la première étape. On n’y trouve même pas deux personnages féminin nommés.

Un test utile mais critiquable

Cependant, même si le test de Bechdel est utile et permet une grille de lecture relativement simple, on doit lui reconnaître certains défauts.

Tout d’abord, il ne dit rien sur la qualité des œuvres. En effet les excellents Gravity ou Les Misérables ne passent pas le test tandis que Twilight ou Godzilla: Le roi des monstres le réussissent. 

De plus, il ne dit pas non plus si un film ou une franchise est féministe. Par exemple, le film Catwoman passe le test, tandis que les jeux-vidéo de la franchise Portal échouent dès la première étape. Pourtant le premier est un film où l’héroïne fait le chat dans une combinaison en latex moulante et est sexualisée pendant tout le film. Tandis que, Portal présente une héroïne muette et un robot à la voix féminine dans un excellent jeu de puzzle où, jamais le personnage principal n’est réduit à sa condition de femme.

Un manque de représentation réel et inquiétant

Malgré cela, lorsqu’un film échoue, cela veut généralement dire qu’il est centré sur des personnages masculins. Par exemple : 1917 se passe pendant la Première Guerre Mondiale au front, où il n’y avait que des hommes. Cependant, d’autres films échouent au test de Bechdel sans qu’il y ait d’explication valable à cet échec. Ainsi, ce test traduit bien une absence relative de personnages féminins dans les scénarii.

Dans certains cas, cela peut aussi vouloir dire que les femmes du film correspondent au Syndrome de la Schtroumpfette. Le personnage féminin est là pour faire acte de présence. Elle sert de distraction (affective ou sexuelle) aux hommes. Une petite dédicace aux spécialistes du genre: les sagas Fast and Furious et Transformers. Pour rappel, dans le troisième opus de Transformers, une femme se trouve littéralement comparée à une chienne et une voiture dans un seul plan. On peut aussi penser à la mythique saga 007 et ses « James Bond girls » souvent aussi attirantes que scénaristiquement inexistantes.

© Warner Bros

Le test d’Alison Bechdel est le premier test qui est apparu pour mesurer la représentation des femmes dans le cinéma. C’est un test utile, qui permet de se rendre compte de la minorité de personnage féminin dans le cinéma. Il est donc important de ne pas le déconsidérer, malgré ses défauts.

Zoé Keunebroek

Zoé Keunebroek

Future journaliste culturelle (logiquement ça ne vous a pas échappé). Mon chauvinisme pour le Nord n'a d'égal que ma passion pour la pop culture. Si vous voyez un article sur Harry Potter, il vient probablement de mon clavier !

Cet article a 4 commentaires

  1. Avatar
    Varlet

    si il n’y avait que dans le cinéma que la présence des femmes est restrictive et stéréotypée..mais regarde les émissions animée de TV les 3/4 sont des hommes(actualités, animations (exceptées celles dédiées à l’enfance…), dans les jury pas d’équilibre (à part dans the Voice depuis l’année dernière et récemment dans mask singer ..).. on arrive même à trouver des couples d’hommes (dans le domaine de l’humour) qui se déguisent ou se travestissent en femmes(ou 1 homme une femme exemple : les bodins..), alors qu’on ne voit pratiquement jamais de couples de femmes (et encore moins qui se déguisent ou miment des hommes)

Un avis ? Exprimez-vous !