Diego Maradona, des terrains aux écrans
© Getty Images

Diego Maradona, des terrains aux écrans

Diego Maradona est décédé ce mardi 25 novembre. Véritable légende de son sport, la nouvelle est un choc pour tous les amoureux du football, mais pas que.

Le Dieu du ballon rond est mort le 25 novembre. En Argentine, son pays d’origine, trois jours de deuil national ont été décrétés. Sa dépouille est restée au palais présidentiel de Buenos Aires pour une veillée funèbre. Des dizaines de milliers de personnes ont attendu pour se recueillir devant le cercueil de l’idole nationale. Tous ceux qui l’ont vu jouer pleurent « El pibe de oro » (le gamin en or), tous se souviennent de ses gestes techniques à l’entraînement, de sa traversée fantastique pour marquer « le but du siècle » où il dribble six joueurs anglais en quart de finale de la Coupe du monde de 1986 au Mexique. C’est d’ailleurs lors de ce même match qu’il inscrit un but avec la main, la célèbre « la main de Dieu ». 

Pourtant, bien que beaucoup d’entre nous n’ayons jamais vu jouer Maradona de nos propres yeux, nous connaissons et admirons tous ses actions d’anthologie sur le terrain. Mais aussi la ferveur qu’il a su créer autour de lui partout où il est passé. Cela est du pour beaucoup à l’héritage culturel qu’il a pu laisser. Films, documentaires et même séries, beaucoup se sont intéressés au sulfureux Maradona.

Politique, drogue et ferveur

Depuis l’annonce de son décès, les chaînes de télévision argentines diffusent des images en boucle de ses plus belles actions de footballeur. Là-bas, on préfère retenir ce Diego-là : celui qui a su sortir des bidonvilles pour réussir à emmener l’équipe nationale au sommet. Le film sobrement nommé « Diego Maradona », sorti l’an dernier, retrace la carrière du « gamin en or » à travers de nombreuses archives de sa vie. Ses exploits avec Boca Juniors et l’Albiceleste résonnent particulièrement dans le cœur des argentins. De même que son passage à Naples où il a su rendre fiers les Napolitains. Il y remporte deux championnats d’Italie à une période où les tensions entre nord et sud du pays font rage. Mais il connaît des liens avec la mafia locale, ce qui est longuement abordé dans le film. Le réalisateur, Asif Kapadia, explique au Figaro qu’il a eu du mal à convaincre Maradona d’évoquer ses travers: « Parler football, aucun problème. Les femmes, la drogue et la mafia, c’était plus compliqué. »

 

© Mars Films

A la fin des années 2000, Maradona s’était confié au réalisateur serbe Emir Kusturica. Non sans un brin de mégalomanie, le réalisateur qui se proclame comme le « Maradona du cinéma » nous propose la vision d’un Maradona « politique ». Ses prises de positions controversées en faveur de Fidel Castro ou Hugo Chavez sont soulignées. On assiste cependant à des scènes cultes, à commencer par celle où Diego Maradona chante dans un karaoké de Buenos Aires la célèbre chanson à sa gloire « La mano de Dios », du regretté chanteur argentin Rodrigo. Vingt ans après sa sortie, cette chanson est toujours entonnée dans les stades argentins.

Diego Maradona créait une folie autour de lui à chaque sortie. Comme lorsqu’il arrive en 2018 au Mexique à la tête de l’équipe des Dorados (D2) à Culiacán. On vous en parlait dans un précédent article, Netflix en a même fait une série. Intitulée « Maradona au Mexique » elle nous plonge dans la folie « Diego ». Au cœur du Sinaloa, réputé pour ses cartels de drogue, on retrouve un Diego affaibli par ses opérations aux genoux mais qui met tout en œuvre pour faire monter son équipe dans l’élite du football mexicain. Son arrivée à Culiacán permet de prendre conscience de l’aura qu’il avait sur les gens, toutes générations confondues. Accueilli en rock star, Maradona le rend bien aux supporters des Dorados avec une fantastique épopée sportive conclue par des pas de danses endiablés à chaque victoire.

Une autre série sur El Pibe de Oro est en préparation. Le biopic devrait se consacrer aux débuts du prodige argentin, en passant par ses années en Europe et ses déboires. Trois acteurs différents incarneront Maradona. Il avait donné en personne l’autorisation aux producteurs mexicains (Dhana Media et Raze avec BTF Media) de relater les plus grands moments de sa vie. La série biopic est prévue sur nos écrans courant 2021 sur la plateforme Amazon Prime Video. Une preuve que Diego est loin d’avoir tiré sa révérence.

Corentine Sellié 

Corentine Sellie

Étudiante en Histoire, attirée par le métier de journaliste. Passionnée de sport, j'aime en parler sous toutes ses formes. Curieuse de tout, je n'en reste pas moins intéressée par d'autres domaines comme les voyages ou la musique.

Un avis ? Exprimez-vous !