Écologie : le sport à la traîne ?
©Shutterstock/Lequipe

Écologie : le sport à la traîne ?

Après les scandales écologiques lors des Mondiaux d'athlétisme à Doha, la question du respect de l'environnement dans le sport est devenue un sujet de premier plan. Mais alors, le sport est-il vraiment hors-sujet en matière d'écologie ?

Septembre 2019. Le championnat du Monde d’athlétisme bat son plein. On assiste au meilleur podium de l’histoire du triple saut (Christian Taylor l’emporte à 17,92m et Hugues-Fabrice Zango rapporte au Burkina Faso la première médaille de son histoire avec un saut à 17,66m). Mais aussi à la performance de champion du sauteur en hauteur Quatarien Mutaz Barshim, qui monte sur la première marche du podium devant son public avec un saut à 2 mètres 37 ou encore au retour triomphant des jeunes mamans Shelly-ann Fraser-Pryce (victorieuse sur 100m) et Allyson Felix (double championne sur 4×400 et 4×400 mixte). Pourtant, ce n’est pas vraiment pour le sportif que nous retiendrons ces championnats mais plutôt pour les conditions inhumaines dans lesquelles les athlètes ont du concourir. Marathon et marche sous 45°C, un stade à ciel ouvert climatisé, forte humidité et chaleur suffocante, voilà à quoi plutôt résumer ces championnats. Le français Yohann Diniz, champion du monde à Londres deux plus tôt, a du abandonner l’épreuve du 50km marche à cause de l’extrême chaleur. La veille il déclarait que les athlètes étaient peu considérés : « On est pris pour des cobayes. On a eu un questionnaire pour voir comment on allait se comporter face à la chaleur et l’humidité, pour voir comment on allait réagir face à la thermo-régulation ». Une sorte de laboratoire donc, sorte d’avant-goût de ce qui sera commun dans les années à venir ?

La Coupe du Monde de rugby n’est pas non plus épargnée par ces phénomènes climatiques. Le « crunch », match opposant la France à l’Angleterre, a été annulé à cause du plus gros typhon de l’année au Japon. Il s’agissait là d’une première dans l’histoire de cette compétition. Alors pourquoi organiser des compétitions sportives dans des pays où les conditions écologiques ne sont pas favorables ? C’est une question économique mais pas seulement. L’exemple le plus judicieux sur ce sujet est la prochaine Coupe du Monde de football au Qatar. Alors que de nombreuses rumeurs sur l’attribution de cette compétition prisée au Qatar font couler de l’encre, le pays semble pourtant présenter de sérieux arguments. Une première mesure « écologique » a été prise, celle de déplacer la compétition, traditionnellement en juillet, au mois de décembre. De plus, le Qatar pourra également montrer une image d’un pays accueillant et fraternel car la compétition pourrait dorénavant passer de 32 équipes à 48. Cette Coupe du Monde serait alors la vitrine du Qatar et permettrait une importante attractivité économique, touristique, culturelle et sportive.

Les sportifs, des exemples en terme d'écologie ?

En Formule 1, sport pas vraiment reconnu pour sa faible empreinte écologique, les pilotes ont pourtant voulu mettre en avant leurs gestes en matière d’environnement. Le (presque) sextuple champion du monde, Lewis Hamilton a indiqué utiliser une brosse à dent et un déodorant recyclables, mais aussi avoir vendu son jet privé ou encore avoir éliminé le plastique de sa maison. Le monégasque Charles Leclerc a évoqué la protection de l’environnement comme un engagement sur sa prochaine ligne de vêtements. En athlétisme, le recordman du décathlon, Kévin Mayer, est un fervent défenseur de l’écologie. Il évoque les lobbys de l’agroalimentaire qui pour lui « bloquent tout ». Il indique au magazine GQ qu’il souhaite se mettre à l’électrique et invite les plus riches à montrer l’exemple : « Si ils commencent à acheter des choses électriques, le coût baissera, et cela sera abordable pour ceux qui ont moins d’argent ».

Motif d’espoir pour les prochaines années à venir, les Jeux Olympiques de Paris projettent de devenir les jeux les plus « durables » de l’histoire avec une réduction de 55% de l’empreinte carbone comparée aux JO de Londres et Rio.

Corentine Sellie

Corentine Sellie

Étudiante en Histoire, attirée par le métier de journaliste. Passionnée de sport, j'aime en parler sous toutes ses formes. Curieuse de tout, je n'en reste pas moins intéressée par d'autres domaines comme les voyages ou la musique.

Cet article a 1 commentaire

  1. Avatar
    forex trading

    Good way of explaining, and good post to get facts on the
    topic of my presentation topic, which i am going to convey in college.

Un avis ? Exprimez-vous !