Episode 3: Simple mais efficace, Le Sexy Lamp Test

Episode 3: Simple mais efficace, Le Sexy Lamp Test

Comment quantifier la représentation des femmes dans le cinéma ? (3/4) | Pour ce troisième épisode, on quitte les tests à trois questions et on s'attaque à un autre genre de test, de ceux qui paraissent drôles ou sarcastiques. Voici le Sexy Lamp Test.

Ce test a été créé par la scénariste Kelly Sue DeConnick, lassée de voir des scénarii essentiellement centrés sur des personnages masculins. Son principe est aussi simple qu’alarmant : remplacer le personnage féminin par une lampe sexy pour voir si le scénario et l’histoire sont modifiés.  Le film réussit le test lorsqu’il n’est pas possible de remplacer les personnages féminins par cette lampe.

Vous vous demandez sûrement d’où vient l’idée de la lampe sexy. Cette dernière est inspirée d’un meuble issu du film A Christmas Story sorti en 1983.

La Sexy Lamp de A Christmas Story © Metro-Goldwyn-Mayer

Les films d'actions pointés du doigt

Kelly Sue DeConnick vient de l’univers des comics. Elle a longtemps été scénariste de comics de super-héros avant de passer dans le milieu du cinéma. Elle explique en interview que son arrivée dans ce milieu l’a beaucoup déçue. En effet, elle dit qu’il est presque aussi difficile de construire un personnage féminin fort au cinéma que dans le milieu fermé et très masculin des comics.

Plusieurs films, considérés pourtant comme bons, échouent à ce test : Skyfall (et toute la franchise 007 en général) ou Superman : Man of Steel.  En parlant de Superman, les films de super-héros sont les plus touchés par l’échec au test. Même si cela tend à s’améliorer, la figure super-héroïque reste un archétype typiquement masculin.

On se rend compte du peu de considération des personnages féminins dans le cinéma à gros budget, et plus particulièrement dans les films d’actions, généralement symboles de l’ultra-virilisme et de la masculinité toxique.

Des constats alarmants

Cependant, les films d’actions généralement réalisés à destination des hommes ne sont pas les seuls à tomber dans ce travers. En effet, de nombreux films « pour filles » créent des personnages féminins uni-dimensionnels qui se caractérisent par leur absence d’utilité scénaristique.

Kelly Sue DeConnick

Kelly Sue DeConnick a reçu beaucoup de remarques concernant l’utilité de son test par rapport au test de Bechdel. Elle s’est donc exprimée sur le sujet, expliquant que si un film ne passe pas le test de Bechdel, cela ne signifie pas forcément que ses personnages féminins sont inutiles. Par contre, si un film ne passe pas le Sexy Lamp test, il faut s’inquiéter. En effet, cela veut dire que l’histoire aurait autant de sens si la femme était remplacée par un objet sexy, donc par un objet.

Ainsi, le Sexy Lamp test est un outil utile qui permet de faire un constat alarmant sur la création des personnages féminins dans le cinéma. Il est donc nécessaire de l’utiliser pour transformer les usages et créer plus de personnages féminins profonds.

Zoé Keunebroek

Comment quantifier la représentation des femmes dans le cinéma ? Une série en quatre épisodes

Zoé Keunebroek

Future journaliste culturelle (logiquement ça ne vous a pas échappé). Mon chauvinisme pour le Nord n'a d'égal que ma passion pour la pop culture. Si vous voyez un article sur Harry Potter, il vient probablement de mon clavier !

Cet article a 3 commentaires

Un avis ? Exprimez-vous !