George Orwell, affaire Cahuzac et ORTF : les sorties d’octobre 2020

George Orwell, affaire Cahuzac et ORTF : les sorties d’octobre 2020

Octobre s'apprête à laisser la place à novembre. Et qui dit fin du mois dit présentation de quelques nouveautés automnales sélectionnées par notre rédaction : c'est l'heure des suggestions mensuelles !

" Couvre-feu et surveillance de masse... Ce que George Orwell n'avait pas prévu (ou écrit)" (Le Monde)

© Penguin

Cet article du Monde s’intéresse aux motifs de comparaison entre notre monde et le célèbre roman de George Orwell 1984. Pourquoi un livre paru en 1949 est-il tant cité afin de critiquer les décisions étatiques ? Restriction des libertés et surveillance massive de la population sont les principales réponses. Pour rappel, 1984 est une œuvre dystopique dénonçant la propagande d’État et la surveillance mise en place par celui-ci. Un univers inspiré du stalinisme et du nazisme, où « Big Brother » voit tout et sait tout.

Pourtant, l’article met en lumière plusieurs points sur lesquels le roman et notre système divergent. Les rapprochements régulièrement faits ne tiennent pas la route, ils sont basés sur des citations qu’on attribue par erreur à George Orwell. Une lecture rapide de cet article permet de relativiser sur les points communs entre ces deux univers, l’un fictif et l’autre on ne peut plus réel. Toutes les citations qu’on attribue au roman et à son auteur ne sont pas bonnes à prendre, preuve de la circulation rapide de « fake news. » Seule une véritable connaissance de 1984 pourrait permettre à chacun de ne pas partager en masse des citations et des comparaisons incorrectes.

Laura Merceron

Mécaniques du journalisme : l'Affaire Cahuzac

© Radio France

Décembre 2012. Mediapart publie l’article déclencheur de l’un des plus gros scandales politico-financier de ces dernières décennies : Jérôme Cahuzac, alors ministre du Budget, possède un compte caché en Suisse. S’ensuivent négations du côté du principal intéressé et polémiques jusque dans le milieu du journalisme : Mediapart n’aurait pas de preuves. Pourtant Jérôme Cahuzac finira par avouer en 2013, après sa démission du gouvernement.
C’est l’histoire de cette enquête journalistique  que nous propose de découvrir France Culture, dans sa nouvelle série de podcasts « Mécaniques du journalisme : l’affaire Cahuzac ». Fabrice Arfi, journaliste chez Mediapart, y raconte comment il a mené cette enquête « accidentelle » débutée après une simple intuition ; les critiques qui ont fusé après sa parution ; puis, finalement, l’aveu et ses retombées.
Découpée en quatre épisodes d’environ un quart d’heure, cette série s’écoute facilement d’une traite – et paraît même trop courte. On peut seulement regretter de n’avoir qu’un seul point de vue pour se représenter cette affaire, qui marque encore aujourd’hui le monde politique.

Apolline Le Romanser

ORTF: ils ont inventé la télévision (documentaire France 3)

© France Télévision / INA

Jacqueline Caurat et Philippe Bouvard, encore soumis aux nuances de gris, ouvrent le documentaire. Thierry Ardisson, en collaboration avec l’INA, a décidé de redonner vie aux dix années de l’Office de radiodiffusion-télévision française, comprimées en 4h30 et deux épisodes. L’animateur commente les archives de télévision entre 1964 et 1974, plongeant certains dans leurs souvenirs, quand d’autres découvrent cette décennie, à l’origine de notre télé d’aujourd’hui. Paradoxe à relever, quand on sait que l’ORTF était bien un organisme sous tutelle de l’Etat, qui ne manquait pas de censurer ce qui ne plaisait pas. 

Les plus nostalgiques peuvent y croiser un Johnny Halliday d’une vingtaine d’années, ou encore un Guy Lux maniant avec précision l’art de la présentation des jeux télévisés. Les plus jeunes, eux, s’apercevront que chez Michel Drucker, seuls ses cheveux ont vieilli. Entre deux archives apparaît une proto-famille des années 60. Un salon aux couleurs criardes, et des visages inexistants dont on aurait pu se passer. « ORTF, ils ont inventé la télé » vise à dépeindre une télévision dont l’objectif revendiqué « divertir et instruire » a été ponctué par des scandales politico-médiatiques. Un retour vers le passé appréciable, lorsqu’on a du temps à y consacrer. 

Margaux Dubrulle

Vous le savez, le confinement fait son grand retour. Mais il n’est pas le seul ! Les suggestions quotidiennes, mises en place par notre rédaction durant le premier épisode du confinement, reprennent à partir du lundi 2 novembre. Elles ont tout de même subi quelques modifications, que vous pourrez retrouver sur nos réseaux sociaux (Instagram, Facebook et Twitter). Il se pourrait même que vous puissiez y participer…

Un avis ? Exprimez-vous !