Une farouche liberté, les couilles sur la table et Tenet: les sorties culturelles du mois d’août
Suggestions août

Une farouche liberté, les couilles sur la table et Tenet: les sorties culturelles du mois d’août

La fin du mois d'août arrive, et avec elles les suggestions culturelles de Mozaïque. La rédaction a scruté le sorties du mois et on vous les présente sous forme de mini-critiques.

Une farouche liberté, Gisèle Halimi avec Annick Cojean

Gisèle Halimi est morte le 27 juillet 2020. Avocate franco-tunisienne, elle a toute sa vie défendu une cause : la liberté. Surtout celle des femmes. Dans ce livre, coécrit par la journaliste Annick Cojean qui retranscrit ses mots, elle revient sur son combat : grève de la faim chez ses parents, tribunaux militaires, procès d’Aix et de Bobigny, ses déboires de députée, son implication dans son association Choisir… Un peu de son intimité, aussi, qu’elle entend accorder avec ses profondes convictions. La justifier, même, en bonne avocate qu’elle était, comme si certains aspects pouvaient sembler contradictoires avec ses engagements.

Le rythme d’écriture de ces 150 pages redonne vie à ses paroles. Sa détermination. Sa vision du droit, capable de faire changer la société. Son appel à poursuivre la lutte – bien qu’elle continue d’être animée par de nombreuses autres femmes. Peut-être faudrait-il, d’ailleurs, lui laisser le dernier mot :

« Le combat est une dynamique. Si on arrête, on dégringole. Si on arrête, on est foutues. Car les droits des femmes sont toujours en danger. »

Apolline Le Romanser

Podcast “Les couilles sur la table”: Le patriarcat contre la planète

« Qu’est ce qui relie le patriarcat et la catastrophe écologique que nous vivons actuellement ? »

C’est la question à laquelle essaye de répondre ce nouvel épisode du podcast « Les couilles sur la table ». Cette émission qui nous a habitué à la déconstruction des stéréotypes et clichés de la masculinité s’attaque durant l’épisode à la question de la responsabilité de la domination masculine dans l’effondrement climatique auquel nous faisons face.

Jeanne Burgart-Goutal, agrégée de philosophie nous détaille les liens qui existent entre réchauffement climatique et domination masculine. En parlant de l’éco-féminisme, elle montre à quel point les luttes féministes et écologiques s’imbriquent l’une et l’autre.  

Une heure intelligente et constructive qu’on écoute sans déplaisir !

Zoé Keunebroek

Tenet, de Christopher Nolan

Affiche de Tenet ©Warner Bros

« Moi je dois t’avouer que j’ai pas tout compris » entend-on à la sortie d’une séance de Tenet. Christopher Nolan a signé avec cette dernière sortie l’un de ses films les plus énigmatiques. Votre cerveau bouillonne et vos mains tremblent en sortant de la salle? C’est normal!

La thématique du temps selon Nolan est aboutie dans Tenet. Il a imaginé une manière de le traverser à contresens, donnant lieu à des scènes époustouflantes. Notre vision traditionnelle est perturbée. Tout le monde n’aime pas se creuser la tête au cinéma. Pourtant, c’est ce qui rend Tenet particulier. Nolan arrive à pondre un blockbuster qui nous fait réfléchir à notre vision de la vie (et ici du temps).

Le manque d’émotion pourrait être reproché, mais il est largement comblé par les ressentis, omniprésents. Cet effet est accentué par la musique (de Göransson), trop brute par rapport aux habituelles compositions de Zimmer. Notre coeur suit parfois son rythme contre notre gré. Mais l’immersion est garantie. 

Avec Tenet, Nolan signe un film hermétique qui divise les avis, mais garantit une séance marquante.

Margaux Dubrulle

Un avis ? Exprimez-vous !